Don du vivant    Don après la mort    Greffe de la cornée    Greffe de rein


Histoire du Don d’Organe du Vivant
1952
J. HAMBURGER, L.MICHON, N.OECONOMOS, J.VAYSSE, chirurgiens Français, réalisent la première greffe
La greffe ou transplantation est une opération chirurgicale consistant à remplacer un organe malade par un organe sain appelé « greffon » ou « transplant », provenant d’un donneur.
  de rein à partir d’un donneur vivant : Marius Renard dont le rein est définitivement détruit après un traumatisme, reçoit un rein de sa mère. La dialyse n’existe pas encore. Il vivra 3 semaines.

Le cadre législatif
Le 22 décembre 1976, la loi Caillavet n°76-1181 précise les conditions juridiques du prélèvement d'organes sur un donneur vivant apparente majeur ou mineur. Un individu majeur et sain d'esprit est libre de faire don de ses organes. Les prélèvements d'organes sur donneurs vivants non apparentés ne sont pas autorisés en France. Seuls sont pris en considération les donneurs apparentés, volontaires au sein de la proche famille du receveur.
Abrogée par les lois de bioéthique du 29 juillet 1994.

Le 29 juillet 1994, les Lois de bioéthique (révisées par les lois de bioéthique du 6 août 2004) limitent le don du vivant
Une personne en bonne santé a la possibilité de donner un organe (rein, partie du foie, et exceptionnellement un poumon) de son vivant, exclusivement au sein du cercle de personnes définies par la Loi de Bioéthique du 7 juillet 2011.
Ce type de don est régi par la loi de bioéthique.
aux seuls parents du premier degré (père, mère, frère, sœur, fils, fille). Aucun prélèvement d’organe en vue d’un don ne peut avoir lieu sur une personne vivante mineure ou une personne vivante majeure faisant l’objet d’une mesure de protection légale.

Le 6 août 2004, dans un contexte de pénurie de greffons, la révision des Lois de bioéthique (LBE) de Juillet 1994 élargit le cercle des donneurs intrafamiliaux. Le donneur peut avoir la qualité de père ou mère, conjoint du père ou de la mère, grands-parents, frères ou sœurs, fils ou filles, oncles et tantes, cousins germains ou cousines germaines, ainsi que toute personne apportant la preuve d’une vie commune d’au moins 2 ans avec le receveur.
Révisées par la loi du 7 juillet 2011.

Le 7 juillet 2011, La révision récente des Lois de bioéthique élargit encore le cercle des donneurs vivants à la "personne pouvant témoigner d'un lien affectif étroit et stable depuis au moins 2 ans avec le receveur". D'autre part, le don croisé, pratiqué depuis plusieurs années aux Etats-Unis est autorisé : il s'agit d'un échange anonyme d'organes entre couples "donneur-receveur" en cas d'incompatibilité au sein des couples concernés.

En pratique